3 techniques pour faire face à une idée suicidaire, ou aider un proche à le faire

31 Mai 2015

Le saviez vous ? 15000 personnes se suicident chaque année en France, et des dizaines de milliers tentent de le faire. Voilà pourquoi il me semblait important d’en parler.

Rappel : Je ne suis pas médecin, il ne s’agit pas de conseils médicaux.

Si vous avez des idées suicidaires, c’est grave, la première des choses à faire est de contacter votre médecin au plus vite.

Cet article s’adresse aussi à ceux qui souhaiteraient accompagner une personne dépressive avec idées suicidaires, pour la comprendre un peu mieux.

Le suicide porte plusieurs visages : il peut être froid et réfléchi, ou impulsif. Parfois c’est totalement conscient, parfois nous sommes en proie à une impulsion, qui s’appelle raptus suicidaire. Cela se définit comme un désir soudain, impérieux, violent qui nous pousse à commettre un acte d’autodestruction. Dans les pays développés qui publient des statistiques, ça représente environ 1% de la mortalité. A peu près 10% des tentatives de suicide sont malheureusement « réussies ».

Dans le cas des psychoses, le pourcentage des malades ayant des idées suicidaires atteint 20 %.

Alors, comment éloigner une idée suicidaire ?

Vous avez une idée suicidaire (ou votre entourage), la première des choses à faire est de tenter de joindre votre médecin ou le psychiatre qui vous suit.

Mais que se passe-t-il si vous n’arrivez pas à le joindre quand vous vous sentez au plus bas  (le vendredi, le week end, le soir etc…) ?

1ère idée pour gérer cette idée de suicide 

Ayez toujours sur vous une liste d’au mois 5 numéros d’urgence.

Si la crise est vraiment très grave :

  • Joindre les urgences psychiatriques de votre secteur, normalement disponibles 24h/24. Mais il n’y a pas toujours de psychiatre la nuit. Dans ce cas, vous serez au moins entendu par un interne compétent.
  • Le 15 bien sûr, qui saura vous orienter vers les urgences.
  • 3 amis ou membres de votre famille. Le rôle de ces personnes n’est pas facile : dites-leur que vous avez juste besoin d’écoute, d’empathie.

Bon à savoir : La plupart des gens qui commettent une tentative de suicide ont essayé de joindre quelqu’un avant. Parler est en effet une très bonne solution.

Conseils à ceux qui font partie de cette liste d’amis ou de famille proches et aidant :

  • Dites à la personne qu’elle a bien fait d’appeler
  • Ne donnez pas de conseils, évitez à tout prix le jugement moralisateur du style « il faut que », « tu dois »… La personne qui a des envies suicidaires n’est souvent plus capable de réagir. Les conseils qui l’invitent à réagir la mettent encore plus face à son refus de vivre.
  • Ne pas culpabiliser : « pense à tes enfants, à moi, à ceux que tu laisses ». La culpabilité est un sentiment très dépressiogène, ne l’utilisez en aucun cas ! Les gens qui se suicident ont déjà fait le point sur ceux qui vont rester derrière eux. Si c’est très souvent cette rélfexion qui les retient de passer à l’acte, parfois, celà ne suffit pas. Pour ne pas avoir envie de se suicider, il faut s’aimer soi même avant tout, et la personne suicidaire ne s’aime pas suffisamment, elle est dans une dévalorisation profonde.
  • Rappelez à la personne pourquoi vous l’aimez, quelles qualités vous appréciez chez elle
  • Lui proposer de venir vous voir si cela la tente
  • Vous pouvez terminer la conversation en lui demandant comment elle se sent maintenant, si elle se sent apaisée. Vérifiez que c’est le cas, sinon restez au téléphone.
  • Demandez à la personne ce qu’elle va faire juste après son appel. Vérifiez qu’elle a un projet (manger, regarder la télé, sortir un peu, se coucher, etc…). Elle doit avoir prévu quelque chose de précis. Sinon, il y a un risque qu’elle retourne vers ses idées morbides.
  • Si elle ne formule aucun projet, proposer de la voir.
  • Lui rappeler qu’elle peut appeler à tout moment, cela lui apportera un soutien énorme, et la rassurera.
  • Remerciez-la d’avoir partagé ce moment avec vous, dites-lui comment cela vous rapproche, et que vous l’aimez encore plus, telle qu’elle est !

Sachez que c’est très difficile comme rôle, tout le monde ne peut pas le faire. Beaucoup cèderont à la panique, parce qu’ils vous aiment et ont peur de vous perdre.

2ème possibilité pour éloigner une idée suicidaire

Vous pouvez vous adonner à une activité créatrice qui vous fait du bien, et qui vous absorbe totalement. Cela peut être une activité artistique par exemple ou toute autre activité où vous êtes obligé de rester concentré. Par exemple lorsqu’on joue d’un instrument de musique, notre esprit doit se concentrer sur la partition, sur le son, sur le rythme, sur le corps.. Bref, il sera difficile à votre esprit de continuer à broyer du noir !

3ème possibilité

Si vous n’avez envie de rien faire. Acceptez d’écouter la douleur. Le problème de l’envie suicidaire est qu’on la repousse de toute notre énergie, pour nous soustraire à la douleur. Cela est épuisant. De ce fait les techniques de sophrologie et de méditation profonde peuvent être appliquées chez certaines personnes déjà expérimentées.

Installez-vous confortablement. Respirez profondément. Ecoutez ce que la douleur cherche à vous dire. A quoi devez vous dire stop dans votre vie ? Que pourriez-vous faire pour changer cet élément qui ne vous convient pas ? C’est peut être même l’occasion de prendre une décision radicale, mais pas celle d’en finir ! Celle d’essayer autre chose, vous n’avez rien à perdre si je peux me permettre !

Cette méthode peut convenir aux personnes qui ont déjà une bonne maîtrise d’elles mêmes.  L’acceptation des états d’âme, sans auto-jugement, est une technique très puissante en termes d’évolution personnelle ! Pour ceux qui le souhaitent, je vais enregistrer un fichier audio de méditation guidée sur mon site web, pour gérer ces états d’âme difficiles (désespoir, colère etc…) et en profiter pour progresser dans votre vie. Lien vers la page des méditations guidées.

Voilà, j’espère que cela vous aura intéressés. Surtout, restez bien en lien avec votre médecin, les idées suicidaires ne sont pas des symptômes anodins !