Épanouissez votre sexualité grâce à la sophro-analyse !

01 Juil 2015

sexualitéLe retour, il y a quelques semaines, du couple de pigeon qui niche chaque année dans mon jardin a inspiré cet article. Sachez que les pigeons, comme d’autres oiseaux, créent des couples pour la vie. Une telle fidélité sans questionnement donnera envie à certains ! A cette époque pré-estivale, mes pigeons sont affairés autour de leur fonction de reproduction et se font aussi beaucoup de câlins !

Pour nous humains, les choses sont un peu plus complexes, moins « naturelles ». L’été approche, le soleil, le repos, ont un effet bénéfique immédiat sur notre baromètre de l’humeur. Et si on en profitait pour rendre cet été plus coquin ? Pour ceux qui suivent un accompagnement thérapeutique, n’hésitez pas à demander des séances pour renforcer votre couple, revisiter votre sexualité. Et pour ceux qui ne font pas de travail sur eux-mêmes, pourquoi ne pas débuter par ce sujet léger et joyeux, l’amour partagé, la sensualité retrouvée ? C’est une excellente façon de débuter un travail de développement personnel par la sophro-analyse… tout aussi ancré dans la matière (l’amour dans son expression physique) que spirituel (l’amour inconditionnel, celui des âmes, le grand !).

L’amour et la sexualité sont importants dans nos vies. Au final, on remarque que les questions d’épanouissement de la vie affective sont en arrière plan – si ce n’est au premier plan- de tout travail de développement personnel !

Alors en sophro-analyse, quel type de difficulté sexuelle pouvons-nous rencontrer et d’où viennent ces difficultés ?

Une partie de nos conditionnements sexuels futurs proviennent bien entendu de notre éducation. Le sujet de la sexualité était-il tabou à la maison lorsque nous étions enfants ? Ou au contraire, nos parents, du même sexe la plupart du temps, ont-ils su accompagner nos premiers développements à la puberté ? Le faisaient-ils sans gène ? Avons-nous vu nos parents « s’aimer » ? S’embrassaient-ils, avaient-ils des gestes de tendresse manifeste l’un pour l’autre ? Sommes-nous convaincus de leur amour ? Nos parents ont-ils respecté notre intimité dès le plus jeune âge, ou ont-ils continué à avoir un caractère « intrusif » de notre sphère intime ? Avons-nous des souvenirs que notre pudeur n’a pas été respectée ? Avons-nous ressenti le droit d’explorer en secret nos premiers ressentis sexuels ?

Ces premiers éléments donnent la tonalité de notre sexualité future, et de notre rapport avec notre corps et la nudité.

Mais la sophro-analyse permet d’aller plus loin, apportant des solutions concrètes aux personnes souffrant de :

  • Dépendance sexuelle plus ou moins marquée (compulsion à faire l’amour, souvent avec de multiples partenaires)
  • Absence de sexualité
  • Absence de désir
  • Anorgasmie (pour un homme) ou « frigidité » (terme plus employé par les femmes)
  • Troubles de l’éjaculation pour l’homme
  • Troubles touchant aux organes sexuels pour la femme (mycoses, règles hémorragiques, aménorrhée, syndrome pré-menstruel, grossesses « non désirées », stérilité non organique, douleurs lors des rapports sexuels, vaginisme…)
  • Infections urinaires dites post-coïtales (survenant après les rapports sexuels)
  • ….

La liste des troubles qui limitent l’épanouissement de notre vie sexuelle est longue… Mais sont une chance en un sens, car il s’agit d’une forme de dialogue de notre corps : notre corps nous parle de nos troubles inconscients ! Et dans ce cas, ils nous donnent de bonnes indications des perturbations qui en sont à l’origine.

Comment la sophro-analyse des mémoires prénatales, de la naissance et de l’enfance nous donne-t-elle de nouvelles clés d’épanouissement ?

Les difficultés passagères ou mineures nous amènent souvent à visiter comment notre enfant intérieur a vécu ses relations à la personne du sexe opposé, et les croyances qui nous ont été transmises lors de notre éducation et notre éveil à la sexualité. Dans les cas de perturbations sexuelles majeures, on retrouve souvent des origines d’abus sexuels. Ce qui ne me paraît surprenant, car il faut bien que les nombreuses personnes ayant subit des abus sexuels avant 18 ans soient quelque part (1/3 des femmes et 1/5 des hommes selon des statistiques européennes) !

Dans ce cas, la sophro-analyse offre à la fois un cadre de bienveillance, de douceur, de patience, d’absence totale de jugement, et surtout, de sécurisation de l’enfant intérieur, afin de lui permettre de se libérer de ses blessures profondes : la honte, la culpabilité, la rage, la peur, l’incompréhension, parfois l’impression de plaisir. En séance, nous expliquerons à notre enfant intérieur son innocence, nous lui permettrons de comprendre la situation, et surtout d’exprimer son immense colère. L’énergie psychique « figée » dans le traumatisme sera ensuite libérée lors d’un rituel proposé au client pour l’interséance. La partie du Moi fragmentée sera réassociée au psychisme. En sophro-analyse, la libération des traumatismes refoulés se base sur des travaux de Sandor Ferenczi, psychanalyste, enrichis d’une approche spécifique mise au point par le Dr Christine Louveau. Cette approche permet de sécuriser l’enfant intérieur, qui a cruellement manqué de protection parentale au moment du trauma, et de mettre la scène à distance, afin de ne pas participer à une retraumatisation du client. Lorsque la personne maltraitante est proche, nous irons également en rechercher l’origine dans l’histoire familiale, pour en identifier les répétitions, et se libérer de ces schémas reproductifs inconscients. Ces informations nous donnent en outre accès au sens de ce vécu traumatique dans notre propre évolution.

Mais la majorité des troubles ne découlent pas d’abus, et à nouveau la sophro-analyse a permis d’identifier des origines tout aussi surprenantes qu’originales, qu’à mon avis, aucune autre approche de psychothérapie ne permet d’analyser.

La sophro-analyse apporte des éclairages complémentaires, comme cette personne qui n’arrivait jamais à trouver le partenaire « idéal », et outre d’autres difficultés liées au contexte familial, recherchait inconsciemment le jumeau perdu en tout début de grossesse (du sexe opposé), premier grand amour idéalisé de sa vie, et dont aucun prétendant n’arrivait jamais à la hauteur ! Ou telle femme dont les infections urinaires à répétition manifestaient une immense colère intérieure vis-à-vis des personnes du sexe masculin, et tout au moins le non désir profond de la relation actuelle avec son compagnon. Ou encore telle personne qui, après la naissance, a dû subir un nettoyage de peau un peu brutal (pour enlever le vernix), ce qui a exclu toute possibilité ultérieure de caresse. Ou encore ce bébé violemment extrait du ventre de sa mère par un geste déplacé du chirurgien obstétricien, subit comme une première intrusion de la sphère génitale, créant un traumatisme très précoce que la personne n’a plus jamais risqué de reproduire dans sa vie. Dans un autre cas, le bébé avait eu l’impression d’avoir « blessé sa mère » à l’accouchement, imprimant une culpabilité inconsciente, qui l’empêchera de vivre une sexualité épanouie… Une autre cliente a retrouvé en quoi des jeux sexuels acceptés contre son plein gré à un âge pré-pubère étaient à l’origine du rejet de sexualité qu’elle vivait vis à vis de son mari, qu’elle aimait par ailleurs très tendrement. Les exemples sont aussi nombreux que surprenants ! Mais lorsque nous les mettons à jour lors d’une séance, ils ont un potentiel libérateur énorme ! Tout d’un coup, tout fait sens pour le client, tout s’éclaire, comme une évidence ! Et sa vie se transforme alors petit à petit, et souvent de façon radicale après des séances de libération des traumatismes majeurs.

Bien entendu, nous n’avons pas tous connu d’épisodes si dramatiques dans notre enfance. Mais en termes de sexualité, j’ai remarqué que le simple fait d’en parler à une tierce personne de confiance avait déjà un pouvoir très libérateur. De même que le fait de lire un article sur le sujet (les magazines ont bien compris nos préoccupations de l’été !) ou de regarder un couple s’enlacer sur la plage, voire d’entendre les ébats des voisins de chambre d’hôtel. En attendant ces stimuli émoustillants, si vous souhaitez relancer votre libido pour bien profiter des moments de repos estivaux, n’hésitez pas à m’en parler !